actu-laudato-si

LAUDATO SI' 38;  28 mars 2021;

Un mot accompagne cette troisième partie : TRANSPARENCE. Nous le trouvons au début « La prévision de l’impact sur l’environnement des initiatives et des projets requiert des processus politiques transparents et soumis au dialogue… » § 182 et à la fin : « j’invite à un débat honnête et transparent, pour que les besoins particuliers ou les idéologies n’affectent pas le bien commun. » § 188.

Comment ne pas entendre un écho de ce qui se joue pour Jésus dans sa Passion ? Délibérément, il entre à Jérusalem, il ne se dérobe pas devant ses accusateurs. Sans idéologie, en vérité, Jésus assume jusqu’au bout sa destinée de Fils livré pour ‘le bien commun’, pour donner la Vie du monde !

Que ce dimanche des Rameaux et de la Passion nous donne de vivre cette semaine sainte, de la façon la plus ajustée possible, les yeux fixés sur Jésus.

Nous vous assurons de notre prière particulièrement pour tous celles et ceux qui ne pourront participer aux célébrations, pour les malades.

Sœur Marie et la Congrégation

N'hésitons pas à déposer nos partages, prières, textes, photos...


Dimanche des Rameaux 2021


Nous entrons dans la Semaine Sainte, point culminant de l’année liturgique qui nous hisse au sommet de notre foi, duquel on peut tout regarder avec un œil neuf.

Cette année, nous pourrions essayer d’entrer dans ce mystère pascal du Christ, comme si c’était la première fois, en écarquillant les yeux et le cœur pour nous laisser toucher par Jésus, Roi de paix, humble et défiguré par la souffrance.

La passion du Seigneur commence par l’entrée triomphale à Jérusalem, moment capital car il éclaire le chemin de Croix de Jésus. Celui-ci est toujours  maître et Seigneur, même quand il tombe à terre. C’est là qu’il est le plus libre car il a décidé, uni à son Père, de donner sa vie pour nous. « Nul ne la lui prend, c’est Lui qui la donne. »

Si nous regardons longuement Jésus vivre sa Passion, nous pourrons puiser l’attitude juste et jamais facile devant toute croix, devant toute contradiction ; celle du Serviteur qui a choisi de se mettre aux pieds de ses disciples, celle du Fils de l’homme qui s’abaisse librement. Quand nous subissons d’un cœur révolté, nous risquons l’endurcissement, et la tristesse ravageuse ; quand nous consentons sans soumission servile en nous remettant à plus Grand que nous, nous sommes alors véritablement des hommes et des femmes libres. Nous offrons notre vie entre les mains du Père pour qu’il agisse dans le monde selon son amour.

Le nouveau regard que notre Pape nous invite à avoir sur notre monde, sur la création, sur tout homme vaut déjà pour celui que nous portons sur notre Dieu. Savons-nous voir que Dieu, dans sa « condescendance » comme disent souvent les Pères de l’Église, compatit à notre misère ? Il descend traverser notre souffrance, il la vit à fond dans sa chair d’homme et c’est cette traversée qui nous met sur un chemin de vie ; chemin qui nous garde debout dans les difficultés, vrais dans les contradictions, libres dans les décisions et évènements incompréhensibles.

Mais ce n’est que peu à peu, en contemplant le Maître et Seigneur sur la Croix que nous pouvons marcher sur ce chemin. Ce n’est pas l’affaire d’une Semaine Sainte, c’est un processus long, beau ou douloureux selon les jours. Il permet au Christ d’être Roi de nos vies, Roi humble et monté sur un ânon, Roi victorieux du mal, de notre orgueil envahissant et donateur de vie bienheureuse et éternelle.

Cela vaut le coup d’ouvrir les yeux de notre cœur sur ce mystère du Christ, de lire et relire les livrets de la passion des quatre évangiles ! Ils sont une lumière inépuisable pour comprendre nos vies personnelles et collectives et apprendre à lire les signes des temps.

Mère Marie-Caroline, monastère de Bouzy la forêt. 
Méditation de l’Évangile du 28 mars 2021  
Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur— Année B 

Clic pour lire l'évangile du 28 mars 2021

L. La fête de la Pâque et des pains sans levain
allait avoir lieu deux jours après.
Les grands prêtres et les scribes
cherchaient comment arrêter Jésus par ruse,
pour le faire mourir.
          Car ils se disaient :
A. « Pas en pleine fête,
pour éviter des troubles dans le peuple. »

          L. Jésus se trouvait à Béthanie,
dans la maison de Simon le lépreux.
Pendant qu’il était à table,
une femme entra,
avec un flacon d’albâtre
contenant un parfum très pur et de grande valeur.
Brisant le flacon,
elle lui versa le parfum sur la tête.
          Or, de leur côté, quelques-uns s’indignaient :
A. « À quoi bon gaspiller ce parfum ?
                        On aurait pu, en effet, le vendre
pour plus de trois cents pièces d’argent,
que l’on aurait données aux pauvres. »
L. Et ils la rudoyaient.
          Mais Jésus leur dit :
X  « Laissez-la !
Pourquoi la tourmenter ?
Il est beau, le geste qu’elle a fait envers moi.
                        Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous,
et, quand vous le voulez,
vous pouvez leur faire du bien ;
mais moi, vous ne m’avez pas pour toujours.
                        Ce qu’elle pouvait faire, elle l’a fait.
D’avance elle a parfumé mon corps pour mon ensevelissement.
                        Amen, je vous le dis :
partout où l’Évangile sera proclamé
– dans le monde entier –,
on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire. »

          L. Judas Iscariote,
l’un des Douze,
alla trouver les grands prêtres
pour leur livrer Jésus.
          À cette nouvelle, ils se réjouirent
et promirent de lui donner de l’argent.
Et Judas cherchait comment le livrer
au moment favorable.

          Le premier jour de la fête des pains sans levain,
où l’on immolait l’agneau pascal,
les disciples de Jésus lui disent :
D. « Où veux-tu que nous allions faire les préparatifs
pour que tu manges la Pâque ? »
          L. Il envoie deux de ses disciples en leur disant :
X  « Allez à la ville ;
un homme portant une cruche d’eau viendra à votre rencontre.
Suivez-le,
                        et là où il entrera, dites au propriétaire :
‘Le Maître te fait dire :
Où est la salle
où je pourrai manger la Pâque avec mes disciples ?’
                        Il vous indiquera, à l’étage,
une grande pièce aménagée et prête pour un repas.
Faites-y pour nous les préparatifs. »
          L. Les disciples partirent, allèrent à la ville ;
ils trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit,
et ils préparèrent la Pâque.

          Le soir venu,
Jésus arrive avec les Douze.
          Pendant qu’ils étaient à table et mangeaient,
Jésus déclara :
X  « Amen, je vous le dis :
l’un de vous, qui mange avec moi,
va me livrer. »
          L. Ils devinrent tout tristes
et, l’un après l’autre, ils lui demandaient :
D. « Serait-ce moi ? »         
L. Il leur dit :
X  « C’est l’un des Douze,
celui qui est en train de se servir avec moi dans le plat.
                        Le Fils de l’homme s’en va,
comme il est écrit à son sujet ;
mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré !
Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! »
          L. Pendant le repas,
Jésus, ayant  pris du pain
et prononcé la bénédiction,
le rompit,
le leur donna,
et dit :
X  « Prenez,
ceci est mon corps. »
          L. Puis, ayant pris une coupe
et ayant rendu grâce,
il la leur donna,
et ils en burent tous.
          Et il leur dit :
X  « Ceci est mon sang,
le sang de l’Alliance,
versé pour la multitude.
                        Amen, je vous le dis :
je ne boirai plus du fruit de la vigne,
jusqu’au jour où je le boirai, nouveau,
dans le royaume de Dieu. »

          L. Après avoir chanté les psaumes,
ils partirent pour le mont des Oliviers.
          Jésus leur dit :
X  « Vous allez tous être exposés à tomber,
car il est écrit :
Je frapperai le berger,
et les brebis seront dispersées.
                        Mais, une fois ressuscité,
je vous précéderai en Galilée. »
          L. Pierre lui dit alors :
D. « Même si tous viennent à tomber,
moi, je ne tomberai pas. »
          L. Jésus lui répond :
X  « Amen, je te le dis :
toi, aujourd’hui, cette nuit même,
avant que le coq chante deux fois,
tu m’auras renié trois fois. »
          L. Mais lui reprenait de plus belle :
D. « Même si je dois mourir avec toi,
je ne te renierai pas. »
L. Et tous en disaient autant.

          Ils parviennent à un domaine appelé Gethsémani.
Jésus dit à ses disciples :
X  « Asseyez-vous ici,
pendant que je vais prier. »
          L. Puis il emmène avec lui Pierre, Jacques et Jean,
et commence à ressentir frayeur et angoisse.
          Il leur dit :
X  « Mon âme est triste à mourir.
Restez ici et veillez. »
          L. Allant un peu plus loin,
il tombait à terre et priait
pour que, s’il était possible,
cette heure s’éloigne de lui.
          Il disait :
X  « Abba...
Père, tout est possible pour toi.
Éloigne de moi cette coupe.
Cependant, non pas ce que moi, je veux,
mais ce que toi, tu veux ! »
          L. Puis il revient
et trouve les disciples endormis.
Il dit à Pierre :
X  « Simon, tu dors !
Tu n’as pas eu la force de veiller seulement une heure ?
                        Veillez et priez,
pour ne pas entrer en tentation ;
l’esprit est ardent,
mais la chair est faible. »
          L. De nouveau, il s’éloigna et pria,
en répétant les mêmes paroles.
          Et de nouveau, il vint près des disciples
qu’il trouva endormis,
car leurs yeux étaient alourdis de sommeil.
Et eux ne savaient que lui répondre.
          Une troisième fois, il revient
et leur dit :
X  « Désormais, vous pouvez dormir et vous reposer.
C’est fait ; l’heure est venue :
voici que le Fils de l’homme
est livré aux mains des pécheurs.
                        Levez-vous ! Allons !
Voici qu’il est proche, celui qui me livre. »

          L. Jésus parlait encore
quand Judas, l’un des Douze, arriva
et avec lui une foule armée d’épées et de bâtons,
envoyée par les grands prêtres, les scribes et les anciens.
          Or, celui qui le livrait leur avait donné un signe convenu :
D. « Celui que j’embrasserai,
c’est lui :
arrêtez-le,
et emmenez-le sous bonne garde. »
          L. À peine arrivé,
Judas, s’approchant de Jésus, lui dit :
D. « Rabbi ! »
L. Et il l’embrassa.
          Les autres mirent la main sur lui
et l’arrêtèrent.
          Or un de ceux qui étaient là
tira son épée,
frappa le serviteur du grand prêtre
et lui trancha l’oreille.
          Alors Jésus leur déclara :
X  « Suis-je donc un bandit,
pour que vous soyez venus vous saisir de moi,
avec des épées et des bâtons ?
                        Chaque jour, j’étais auprès de vous dans le Temple
en train d’enseigner,
et vous ne m’avez pas arrêté.
Mais c’est pour que les Écritures s’accomplissent. »
          L. Les disciples l’abandonnèrent et s’enfuirent tous.
          Or, un jeune homme suivait Jésus ;
il n’avait pour tout vêtement qu’un drap.
On essaya de l’arrêter.
          Mais lui, lâchant le drap,
s’enfuit tout nu.

          Ils emmenèrent Jésus chez le grand prêtre.
Ils se rassemblèrent tous,
les grands prêtres, les anciens et les scribes.
          Pierre avait suivi Jésus à distance,
jusqu’à l’intérieur du palais du grand prêtre,
et là, assis avec les gardes,
il se chauffait près du feu.
          Les grands prêtres et tout le Conseil suprême
cherchaient un témoignage contre Jésus
pour le faire mettre à mort,
et ils n’en trouvaient pas.
          De fait, beaucoup portaient de faux témoignages contre Jésus,
et ces témoignages ne concordaient pas.
          Quelques-uns se levèrent
pour porter contre lui ce faux témoignage :
                   A. « Nous l’avons entendu dire :
‘Je détruirai ce sanctuaire fait de main d’homme,
et en trois jours j’en rebâtirai un autre
qui ne sera pas fait de main d’homme.’ »
          L. Et même sur ce point,
leurs témoignages n’étaient pas concordants.
          Alors s’étant levé, le grand prêtre, devant tous,
interrogea Jésus :
A. « Tu ne réponds rien ?
Que dis-tu des témoignages qu’ils portent contre toi ? »
          L. Mais lui gardait le silence et ne répondait rien.
Le grand prêtre l’interrogea de nouveau :
A. « Es-tu le Christ, le Fils du Dieu béni ? »
          L. Jésus lui dit :
X  « Je le suis.
Et vous verrez le Fils de l’homme
siéger à la droite du Tout-Puissant,
et venir parmi les nuées du ciel. »
          L. Alors, le grand prêtre déchire ses vêtements et dit :
A. « Pourquoi nous faut-il encore des témoins ?
                        Vous avez entendu le blasphème.
Qu’en pensez-vous ? »
L. Tous prononcèrent qu’il méritait la mort.
          Quelques-uns se mirent à cracher sur lui,
couvrirent son visage d’un voile,
et le giflèrent, en disant :
F. « Fais le prophète ! »
L. Et les gardes lui donnèrent des coups.

          Comme Pierre était en bas, dans la cour,
arrive une des jeunes servantes du grand prêtre.
          Elle voit Pierre qui se chauffe,
le dévisage et lui dit :
A. « Toi aussi, tu étais avec Jésus de Nazareth ! »
          L. Pierre le nia :
D. « Je ne sais pas,
je ne comprends pas de quoi tu parles. »
L. Puis il sortit dans le vestibule, au dehors.
Alors un coq chanta.
          La servante, ayant vu Pierre,
se mit de nouveau à dire à ceux qui se trouvaient là :
A. « Celui-ci est l’un d’entre eux ! »
          L. De nouveau, Pierre le niait.
Peu après, ceux qui se trouvaient là lui disaient à leur tour :
F. « Sûrement tu es l’un d’entre eux !
D’ailleurs, tu es Galiléen. »
          L. Alors il se mit à protester violemment et à jurer :
D. « Je ne connais pas cet homme dont vous parlez. »
          L. Et aussitôt, pour la seconde fois, un coq chanta.
Alors Pierre se rappela cette parole que Jésus lui avait dite :
« Avant que le coq chante deux fois,
tu m’auras renié trois fois. »
Et il fondit en larmes.

L. Dès le matin,
les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes,
et tout le Conseil suprême.
Puis, après avoir ligoté Jésus,
ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
          Celui-ci l’interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus répondit :
X  « C’est toi-même qui le dis. »
          L. Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.
          Pilate lui demanda à nouveau :
A. « Tu ne réponds rien ?
Vois toutes les accusations qu’ils portent contre toi. »
          L. Mais Jésus ne répondit plus rien,
si bien que Pilate fut étonné.
          À chaque fête,
il leur relâchait un prisonnier,
celui qu’ils demandaient.
          Or, il y avait en prison un dénommé Barabbas,
arrêté avec des émeutiers
pour un meurtre qu’ils avaient commis lors de l’émeute.
          La foule monta donc chez Pilate, et se mit à demander
ce qu’il leur accordait d’habitude.
          Pilate leur répondit :
A. « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
          L. Il se rendait bien compte
que c’était par jalousie que les grands prêtres l’avaient livré.
          Ces derniers soulevèrent la foule
pour qu’il leur relâche plutôt Barabbas.
              Et comme Pilate reprenait :
A. « Que voulez-vous donc que je fasse de celui
que vous appelez le roi des Juifs ? »,
          L. de nouveau ils crièrent :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate leur disait :
A. « Qu’a-t-il donc fait de mal ? »
L. Mais ils crièrent encore plus fort :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate, voulant contenter la foule,
relâcha Barabbas
et, après avoir fait flageller Jésus,
il le livra pour qu’il soit crucifié.

          Les soldats l’emmenèrent à l’intérieur du palais,
c’est-à-dire dans le Prétoire.
Alors ils rassemblent toute la garde,
          ils le revêtent de pourpre,
et lui posent sur la tête une couronne d’épines qu’ils ont tressée.
          Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant :
F. « Salut, roi des Juifs ! »
          L. Ils lui frappaient la tête avec un roseau,
crachaient sur lui,
et s’agenouillaient pour lui rendre hommage.
          Quand ils se furent bien moqués de lui,
ils lui enlevèrent le manteau de pourpre,
et lui remirent ses vêtements.

Puis, de là, ils l’emmènent pour le crucifier,
          et ils réquisitionnent, pour porter sa croix,
un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus,
qui revenait des champs.
          Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha,
ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).
          Ils lui donnaient du vin aromatisé de myrrhe ;
mais il n’en prit pas.
          Alors ils le crucifient,
puis se partagent ses vêtements,
en tirant au sort pour savoir la part de chacun.
          C’était la troisième heure (c’est-à-dire : neuf heures du matin)
lorsqu’on le crucifia.
          L’inscription indiquant le motif de sa condamnation
portait ces mots :
« Le roi des Juifs ».
          Avec lui ils crucifient deux bandits,
l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.
          Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;  ils disaient :
F. « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,
                        sauve-toi toi-même, descends de la croix ! »
          L. De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes,
en disant entre eux :
A. « Il en a sauvé d’autres,
et il ne peut pas se sauver lui-même !
                        Qu’il descende maintenant de la croix, le Christ, le roi d’Israël ;
alors nous verrons et nous croirons. »
L. Même ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient.

          Quand arriva la sixième heure (c’est-à-dire : midi),
l’obscurité se fit sur toute la terre
jusqu’à la neuvième heure.
          Et à la neuvième heure,
Jésus cria d’une voix forte :
X  « Éloï, Éloï, lema sabactani ? »,
L. ce qui se traduit :
X  « Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m’as-tu abandonné ? »
          L. L’ayant entendu,
quelques-uns de ceux qui étaient là disaient :
F. « Voilà qu’il appelle le prophète Élie ! »
          L. L’un d’eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée,
il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire,
en disant :
A. « Attendez ! Nous verrons bien
si Élie vient le descendre de là ! »
          L. Mais Jésus, poussant un grand cri,
expira.


(Ici on fléchit le genou et on s’arrête un instant)


          Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux,
depuis le haut jusqu’en bas.
          Le centurion qui était là en face de Jésus,
voyant comment il avait expiré, déclara :
A. « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

          L. Il y avait aussi des femmes, qui observaient de loin,
et parmi elles, Marie Madeleine,
Marie, mère de Jacques le Petit et de José, et Salomé,
              qui suivaient Jésus et le servaient quand il était en Galilée,
et encore beaucoup d’autres,
qui étaient montées avec lui à Jérusalem.
          Déjà il se faisait tard ;
or, comme c’était le jour de la Préparation,
qui précède le sabbat,
          Joseph d’Arimathie intervint.
C’était un homme influent, membre du Conseil,
et il attendait lui aussi le règne de Dieu.
Il eut l’audace d’aller chez Pilate
pour demander le corps de Jésus.
          Pilate s’étonna qu’il soit déjà mort ;
il fit appeler le centurion,
et l’interrogea pour savoir si Jésus était mort depuis longtemps.
          Sur le rapport du centurion,
il permit à Joseph de prendre le corps.
          Alors Joseph acheta un linceul,
il descendit Jésus de la croix,
l’enveloppa dans le linceul
et le déposa dans un tombeau
qui était creusé dans le roc.
Puis il roula une pierre contre l’entrée du tombeau.

          Or, Marie Madeleine et Marie, mère de José,
observaient l’endroit où on l’avait mis.

          – Acclamons la Parole de Dieu.

 

 

OU LECTURE BRÈVE
Évangile
Passion de notre Seigneur Jésus Christ (Mc 15, 1-39)

La Passion de notre Seigneur Jésus Christ selon saint Marc

L. Dès le matin,
les grands prêtres convoquèrent les anciens et les scribes,
et tout le Conseil suprême.
Puis, après avoir ligoté Jésus,
ils l’emmenèrent et le livrèrent à Pilate.
          Celui-ci l’interrogea :
A. « Es-tu le roi des Juifs ? »
Jésus répondit :
X  « C’est toi-même qui le dis. »
          L. Les grands prêtres multipliaient contre lui les accusations.
          Pilate lui demanda à nouveau :
A. « Tu ne réponds rien ?
Vois toutes les accusations qu’ils portent contre toi. »
          L. Mais Jésus ne répondit plus rien,
si bien que Pilate fut étonné.
          À chaque fête,
il leur relâchait un prisonnier,
celui qu’ils demandaient.
          Or, il y avait en prison un dénommé Barabbas,
arrêté avec des émeutiers
pour un meurtre qu’ils avaient commis lors de l’émeute.
          La foule monta donc chez Pilate, et se mit à demander
ce qu’il leur accordait d’habitude.
          Pilate leur répondit :
A. « Voulez-vous que je vous relâche le roi des Juifs ? »
          L. Il se rendait bien compte
que c’était par jalousie que les grands prêtres l’avaient livré.
          Ces derniers soulevèrent la foule
pour qu’il leur relâche plutôt Barabbas.
              Et comme Pilate reprenait :
A. « Que voulez-vous donc que je fasse de celui
que vous appelez le roi des Juifs ? »,
          L. de nouveau ils crièrent :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate leur disait :
A. « Qu’a-t-il donc fait de mal ? »
L. Mais ils crièrent encore plus fort :
F. « Crucifie-le ! »
          L. Pilate, voulant contenter la foule,
relâcha Barabbas
et, après avoir fait flageller Jésus,
il le livra pour qu’il soit crucifié.

          Les soldats l’emmenèrent à l’intérieur du palais,
c’est-à-dire dans le Prétoire.
Alors ils rassemblent toute la garde,
          ils le revêtent de pourpre,
et lui posent sur la tête une couronne d’épines qu’ils ont tressée.
          Puis ils se mirent à lui faire des salutations, en disant :
F. « Salut, roi des Juifs ! »
          L. Ils lui frappaient la tête avec un roseau,
crachaient sur lui,
et s’agenouillaient pour lui rendre hommage.
          Quand ils se furent bien moqués de lui,
ils lui enlevèrent le manteau de pourpre,
et lui remirent ses vêtements.

Puis, de là, ils l’emmènent pour le crucifier,
          et ils réquisitionnent, pour porter sa croix,
un passant, Simon de Cyrène, le père d’Alexandre et de Rufus,
qui revenait des champs.
          Et ils amènent Jésus au lieu dit Golgotha,
ce qui se traduit : Lieu-du-Crâne (ou Calvaire).
          Ils lui donnaient du vin aromatisé de myrrhe ;
mais il n’en prit pas.
          Alors ils le crucifient,
puis se partagent ses vêtements,
en tirant au sort pour savoir la part de chacun.
          C’était la troisième heure (c’est-à-dire : neuf heures du matin)
lorsqu’on le crucifia.
          L’inscription indiquant le motif de sa condamnation
portait ces mots :
« Le roi des Juifs ».
          Avec lui ils crucifient deux bandits,
l’un à sa droite, l’autre à sa gauche.
          Les passants l’injuriaient en hochant la tête ;  ils disaient :
F. « Hé ! toi qui détruis le Sanctuaire et le rebâtis en trois jours,
                        sauve-toi toi-même, descends de la croix ! »
          L. De même, les grands prêtres se moquaient de lui avec les scribes,
en disant entre eux :
A. « Il en a sauvé d’autres,
et il ne peut pas se sauver lui-même !
                        Qu’il descende maintenant de la croix, le Christ, le roi d’Israël ;
alors nous verrons et nous croirons. »
L. Même ceux qui étaient crucifiés avec lui l’insultaient.

          Quand arriva la sixième heure (c’est-à-dire : midi),
l’obscurité se fit sur toute la terre
jusqu’à la neuvième heure.
          Et à la neuvième heure,
Jésus cria d’une voix forte :
X  « Éloï, Éloï, lema sabactani ? »,
L. ce qui se traduit :
X  « Mon Dieu, mon Dieu,
pourquoi m’as-tu abandonné ? »
          L. L’ayant entendu,
quelques-uns de ceux qui étaient là disaient :
F. « Voilà qu’il appelle le prophète Élie ! »
          L. L’un d’eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée,
il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire,
en disant :
A. « Attendez ! Nous verrons bien
si Élie vient le descendre de là ! »
          L. Mais Jésus, poussant un grand cri,
expira.


(Ici on fléchit le genou et on s’arrête un instant)

          Le rideau du Sanctuaire se déchira en deux,
depuis le haut jusqu’en bas.
          Le centurion qui était là en face de Jésus,
voyant comment il avait expiré, déclara :
A. « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »

(Mc, 14,1- 15,47,)
© www.aelf.org 


Clic pour lire le texte Laudato Si, étape 38

III. DIALOGUE ET TRANSPARENCE DANS LES PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISIONS

182. La prévision de l’impact sur l’environnement des initiatives et des projets requiert des processus politiques transparents et soumis au dialogue, alors que la corruption, qui cache le véritable impact environnemental d’un projet en échange de faveurs, conduit habituellement à des accords fallacieux au sujet desquels on évite information et large débat.

183. Une étude de l’impact sur l’environnement ne devrait pas être postérieure à l’élaboration d’un projet de production ou d’une quelconque politique, plan ou programme à réaliser. Il faut qu’elle soit insérée dès le début, et élaborée de manière interdisciplinaire, transparente et indépendante de toute pression économique ou politique. Elle doit être en lien avec l’analyse des conditions de travail et l’analyse des effets possibles, entre autres, sur la santé physique et mentale des personnes, sur l’économie locale, sur la sécurité. Les résultats économiques pourront être ainsi déduits de manière plus réaliste, prenant en compte les scénarios possibles et prévoyant éventuellement la nécessité d’un plus grand investissement pour affronter les effets indésirables qui peuvent être corrigés. Il est toujours nécessaire d’arriver à un consensus entre les différents acteurs sociaux, qui peuvent offrir des points de vue, des solutions et des alternatives différents. Mais à la table de discussion, les habitants locaux doivent avoir une place privilégiée, eux qui se demandent ce qu’ils veulent pour eux et pour leurs enfants, et qui peuvent considérer les objectifs qui transcendent l’intérêt économique immédiat. Il faut cesser de penser en terme d’“interventions” sur l’environnement, pour élaborer des politiques conçues et discutées par toutes les parties intéressées. La participation requiert que tous soient convenablement informés sur les divers aspects ainsi que sur les différents risques et possibilités ; elle ne se limite pas à la décision initiale d’un projet, mais concerne aussi les actions de suivi et de surveillance constante. La sincérité et la vérité sont nécessaires dans les discussions scientifiques et politiques, qui ne doivent pas se limiter à considérer ce qui est permis ou non par la législation.

184. Quand d’éventuels risques pour l’environnement, qui affectent le bien commun, présent et futur, apparaissent, cette situation exige que « les décisions soient fondées sur une confrontation entre les risques et les bénéfices envisageables pour tout choix alternatif possible ». Cela vaut surtout si un projet peut entraîner un accroissement de l’utilisation des ressources naturelles, des émissions ou des rejets, de la production de déchets, ou une modification significative du paysage, de l’habitat des espèces protégées, ou d’un espace public. Certains projets qui ne sont pas suffisamment analysés peuvent affecter profondément la qualité de vie dans un milieu pour des raisons très diverses, comme une pollution acoustique non prévue, la réduction du champ visuel, la perte de valeurs culturelles, les effets de l’utilisation de l’énergie nucléaire. La culture consumériste, qui donne priorité au court terme et à l’intérêt privé, peut encourager des procédures trop rapides ou permettre la dissimulation d’information.

185. Dans toute discussion autour d’une initiative, une série de questions devrait se poser en vue de discerner si elle offrira ou non un véritable développement intégral : Pour quoi ? Par quoi ? Où ? Quand ? De quelle manière ? Pour qui ? Quels sont les risques ? À quel coût ? Qui paiera les coûts et comment le fera-t-il ? Dans ce discernement, certaines questions doivent avoir la priorité. Par exemple, nous savons que l’eau est une ressource limitée et indispensable, et y avoir accès est un droit fondamental qui conditionne l’exercice des autres droits humains. Ceci est indubitable et conditionne toute analyse de l’impact environnemental d’une région.

186. Dans la Déclaration de Rio de 1992, il est affirmé : « En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives » qui empêcheraient la dégradation de l’environnement. Ce principe de précaution permet la protection des plus faibles, qui disposent de peu de moyens pour se défendre et pour apporter des preuves irréfutables. Si l’information objective conduit à prévoir un dommage grave et irréversible, bien qu’il n’y ait pas de preuve indiscutable, tout projet devra être arrêté ou modifié. Ainsi, on inverse la charge de la preuve, puisque dans ce cas il faut apporter une démonstration objective et indiscutable que l’activité proposée ne va pas générer de graves dommages à l’environnement ou à ceux qui y habitent.

187. Cela n’entraîne pas qu’il faille s’opposer à toute innovation technologique qui permette d’améliorer la qualité de vie d’une population. Mais, dans tous les cas, il doit toujours être bien établi que la rentabilité ne peut pas être l’unique élément à prendre en compte et que, au moment où apparaissent de nouveaux critères de jugement à partir de l’évolution de l’information, il devrait y avoir une nouvelle évaluation avec la participation de toutes les parties intéressées. Le résultat de la discussion pourrait être la décision de ne pas avancer dans un projet, mais pourrait être aussi sa modification ou l’élaboration de propositions alternatives.

188. Dans certaines discussions sur des questions liées à l’environnement, il est difficile de parvenir à un consensus. Encore une fois je répète que l’Église n’a pas la prétention de juger des questions scientifiques ni de se substituer à la politique, mais j’invite à un débat honnête et transparent, pour que les besoins particuliers ou les idéologies n’affectent pas le bien commun.

DU SAINT-PÈRE FRANÇOIS 
SUR LA SAUVEGARDE DE LA MAISON COMMUNE 


Vos partages sur l'étape 38 :

 Nous sommes arrivés au dimanche des Rameaux.  Nous rentrons dans la semaine sainte. Le triduum Pascal " La passion,  la Mort,  la Résurrection de jésus " C'est le résumé de la vie chrétienne de chaque baptisé.
Seigneur accorde-nous la grâce de le vivre avec toi,  pour la gloire de ton Père et le salut du monde.
« Lève-toi donc, serviteur du Sauveur, pour contempler ton roi, accompagne fidèlement le Maître du ciel et de la terre assis sur le dos de l'ânon. Accompagne-le avec les branches d'olivier et les palmes de tes œuvres de piété et des triomphes de tes vertus. » Saint Bonaventure.
Jeudi dernier c'était la fête de l'Annonciation du Seigneur,  le OUI de Marie. Soyons à l'exemple de Marie prêts et prêtes à dire notre oui chaque jour  pour vivre la volonté de Dieu et l'acceptation ce qu'on à vivre. C'est le secret de la grâce de vivre une paix profonde  parce que le Seigneur vit dans notre cœur et c'est lui qui nous fait vivre en particulier pendant la pandémie de la COVID.
Prions pour les consacré(e)s qui offrent leur vie à Dieu par une vie de prière et de silence pour engendrer une  nouvelle vie au monde. Aussi pour tous les baptisé(e)s qui vivent de la même grâce,  une prière fervente et un partage fraternel dans l'amour de Dieu où il vivent.
Prions pour les mères de famille, celles qui attendent un enfant, pour celles qui ne peuvent en avoir,  celles qui font mourir leur bébé à la naissance.
Prions pour les personnes qui ont du mal à faire un deuil en particulier Éliane,  Jean-Yves   Odile...
Prions pour les familles qui sont en difficultés et ont beaucoup de soucis, en particulier pour la famille de Michèle mon amie....
Prions pour les personnes qui sont dépressives en particulier Michel,  Viviane, Gaëlle,....
Prions pour les personnes qui ont une maladie grave et longue  (non COVID) particulier Moïse, Lucile.... et celles qui sont touchées par la COVID.

Prions pour les personnes qui sont impatientes en particulier Jacqueline.....
Prions pour les personnes trisomiques dont c’était la journée dimanche dernier.
Prions pour les personnes sans intentions de prière ou sans détails qui ont besoin de notre prière, notre soutien et notre amitié en particulier pour Geneviève ...
Prions pour tous les groupes et toutes les familles qui sont divisés à cause de l'œuvre de Satan, pour les personnes qui ne s'entendent plus afin que Dieu leur redonne la confiance, la sincérité ; qu’ils puissent pardonner et se retrouver dans l' unité et dans la paix pour faire des vrais partages.... en particulier un groupe que je connais.
Pour les personnes qui ont du mal à trouver leur place dans un groupe et leur vocation.
Restons uni.e.s par la prière qui est plus forte quand  nous prions ensemble à nos intentions de prière les plus importantes de chacun(e)s et celles du monde et pour les personnes qui se confient à nous et qui comptent  sur la prière de la communauté.
 SVP n'oubliez pas de prier pour moi.
Bonne semaine sainte et belle montée vers Pâques dans l'amour de Dieu et Avec Marie.
< Il y a deux façon de penser.  L'une est de croire que les miracles n'existent pas.  L'autre est de croire que chaque chose est un miracle. > Albert Einstein. 

Jocelyne oblate de Bouzy la Forêt

 

  Vos partages sur l'étape 38:

Pierre, tu pleures ? Tu as compris au troisième chant du coq que tu avais trahi ton ami, ton maître, et quel maître ! Le Messie. Pourtant c’est sur toi que Jésus se repose pour bâtir l’Église. Jésus pardonne. Toujours. Pourvu qu’on se repente.
Et lorsque Jésus titube d’épuisement sous la croix trop lourde, Simon de Cyrène « est forcé » à la porter avec lui. « Jésus a humblement accepté de ne pas la porter tout seul. Dieu a besoin de l’homme. » (Père Denis Ladogar, homélie de ce jour)
Donne-moi, Seigneur, de savoir quoi faire pour t’aider en protégeant du mieux possible ta création qui est si belle et bonne et en semant de la fraternité. Et puisque je retombe sans cesse dans les ornières du péché, donne-moi de verser des larmes de repentir.

Martine

« Dans ce chapitre de l’encyclique qui emploie plusieurs fois le mot de transparence, le pape François nous rappelle l’importance de parvenir à un consensus pour prendre une bonne décision. Dans nos vies, même modestes, nous devons régulièrement faire des choix, prendre des décisions. Apprends-nous Seigneur à ne pas décider seuls, à tenir compte de l’avis des un.e.s et des autres, à ne pas nous prendre comme uniques détenteurs de la vérité pour les autres. Toi seul es la vraie vérité et nous montres la route. Seul sur la croix, au plus fort du doute, à l’approche de la mort, tu t’es remis à celui qui paraissait s’être éloigné de toi. À l’heure du doute, au moment des choix, apprends-moi à garder confiance.

Jean-Pierre

Retour

Déposez vos partages

Suite aux paragraphes de Laudato Si', déposez :

- une phrase de Laudato Si' qui vous paraît importante
- le fruit de vos méditations, votre prière, vos poésies, vos chants…
- une photo prise de chez vous, un dessin, accompagnés d’un petit texte, fruit de votre contemplation…
- et vos intentions et demandes de prière,

Ces textes doivent être courts, fruit de votre méditation. Ils pourront être publiés sur le site (merci de veiller à ne pas dépasser un texte de cinq phrases).
Par mail à : toile(arobase)benedictines-bndc.com
Ou remplissez le formulaire :




Voir toutes les étapes de la toile Laudato Si :

20 juin 2021, Laudato Si’ 50

Méditation sur l'évangile du dimanche 20 juin 2021 : Douzième dimanche du Temps Ordinaire (Mc 4, 35-45)

Laudato Si' 50:  Prière pour notre terre

Lire la suite

13 juin 2021, Laudato Si’ 49

Méditation sur l'évangile du dimanche 13 juin 2021 : Onzième dimanche du Temps Ordinaire (Mc 4, 26-34)

Laudato Si' 49:  VIII. LA REINE DE TOUTE LA CRÉATION

Lire la suite

6 juin 2021, Laudato Si’ 48

Méditation sur l'évangile du dimanche 6 juin 2021 : Fête du Saint Sacrement (Mc 14, 12-16; 22-26)

Laudato Si' 48:  La Trinité et la relation entre les créatures

Lire la suite

30 mai 2021, Laudato Si’ 47

Méditation sur l'évangile du dimanche 30 mai 2021 : Fête de la Trinité (Mt 28, 16-20)

Laudato Si' 47:  Les signes sacramentaux et le repos pour célébrer

Lire la suite

23 mai 2021, Laudato Si’ 46

Méditation sur l'évangile du dimanche 23 mai 2021 : Fête de la Pentecôte (Jn 15, 26-27 ; 16, 12-15)

Laudato Si' 46:  Amour civil et politique

Lire la suite

16 mai 2021, Laudato Si’ 45

Méditation sur l'évangile du dimanche 16 mai 2021 : Septième semaine du Temps Pascal (Jn 17, 11b-19)

Laudato Si' 45:  Joie et paix

Lire la suite

09 mai 2021, Laudato Si’ 44

Méditation sur l'évangile du dimanche 9 mai 2021 : Sixième semaine du Temps Pascal (Jn 15, 9-17)

Laudato Si' 44:  La conversion écologique

Lire la suite

02 mai 2021, Laudato Si’ 43

Méditation sur l'évangile du dimanche 2 mai 2021 : Cinquième semaine du Temps Pascal (Jn 15, 1-8)

Laudato Si' 43:  Éducation pour l'alliance entre l'humanité et l'environnement

Lire la suite

25 avril 2021, Laudato Si’ 42

Méditation sur l'évangile du dimanche 25 avril 2021 : Quatrième semaine du Temps Pascal (Jn 10,11-18)

Laudato Si' 42: Miser sur un autre style de vie

Lire la suite

18 avril 2021, Laudato Si’ 41

Méditation sur l'évangile du dimanche 18 avril 2021 : Troisième semaine du Temps Pascal (Lc, 24, 35-48)

Laudato Si' 41: Les religions dans le dialogue avec les sciences

Lire la suite

11 avril 2021, Laudato Si’ 40

Méditation sur l'évangile du dimanche 11 avril 2021 : Deuxième semaine du Temps Pascal (Jn 20, 19-31)

Laudato Si' 40: Politique et économie en dialogue pour la plénitude humaine

Lire la suite

04 avril 2021, Laudato Si’ 39

Méditation sur l'évangile du dimanche 4 avril 2021 : Dimanche de Pâques (Jn 20, 1-9)

Laudato Si' 39: Politique et économie en dialogue pour la plénitude humaine

Lire la suite

28 mars 2021, Laudato Si’ 38

Méditation sur l'évangile du dimanche 28 mars 2021 : DImanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur (Mc 14,) 15

Laudato Si' 38: Dialogue et transparence dans les processus de prise de décision

Lire la suite

21 mars 2021, Laudato Si’ 37

Méditation sur l'évangile du dimanche 21 mars 2021 : « Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit.  » (Jn 12, 20-33)

Laudato Si' 37: Le dialogue en vue de nouvelles politiques nationales et locales

Lire la suite

14 mars 2021, Laudato Si’ 36

Méditation sur l'évangile du dimanche 14 mars 2021 : « Dieu a envoyé son Fils pour que, par lui, le monde soit sauvé » (Jn 3, 14-21)

Laudato Si' 36: Quelques lignes d'orientation et d'action

Lire la suite

7 mars 2021, Laudato Si’ 35

Méditation sur l'évangile du dimanche 7 mars 2021 : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai » (Jn 2, 13-25)

Laudato Si' 35: Quelques lignes d'orientation et d'action

Lire la suite

28 février 2021, Laudato Si’ 34

Méditation sur l'évangile du dimanche 28 février 2021 : « Maître, il est beau pour nous d’être ici ! » (Marc 9, 5)

Laudato Si' 34: La justice entre générations

Lire la suite

21 février 2021, Laudato Si’ 33

Méditation sur l'évangile du dimanche 21 février 2021 : «Jésus fut tenté par Satan, et les anges le servaient » (Mc 1, 12-15)»

Laudato Si' 33: Le principe du bien commun

Lire la suite

14 février 2021, Laudato Si’ 32

Méditation sur l'évangile du dimanche 14 février 2021 : « La lèpre le quitta et il fut purifié » (Mc 1, 40-45)

Laudato Si' 32: L'écologie de la vie quotidienne

Lire la suite

7 février 2021, Laudato Si’ 31

Méditation sur l'évangile du dimanche 7 février 2021 : « Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies » (Mc 1, 29-39)

Laudato Si' 31: L'écologie culturelle

Lire la suite

31 janvier 2021, Laudato Si’ 30

Méditation sur l'évangile du dimanche 31 janvier 2021 : «« Il enseignait en homme qui a autorité » (Mc 1, 21-28)

Laudato Si' 30: Une écologie intégrale

Lire la suite

24 janvier 2021, Laudato Si’ 29

Méditation sur l'évangile du dimanche 24 janvier 2021 : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » (Mc 1, 14-20)

Laudato Si' 29: L'innovation biologique au service de la recherche

Lire la suite

17 janvier 2021, Laudato Si’ 28

Méditation sur l'évangile du dimanche 17 janvier 2021 : « Ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui » (Jn 1, 35-42)

Laudato Si' 28: La nécessité de préserver le travail

Lire la suite

10 janvier 2021, Laudato Si’ 27

Méditation sur l'évangile du dimanche 10 janvier 2021 : Mc  : «Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie».

Laudato Si' 27: Le relativisme pratique

Lire la suite

03 janvier 2021, Laudato Si’ 26

Méditation sur l'évangile du dimanche 3 janvier 2021 : Mt 2, 1-12 : «Où est le roi des Juifs?».

Laudato Si' 26: Crises et conséquences de l'anthropocentrisme moderne

Lire la suite

27 décembre 2020, Laudato Si’ 25

Méditation sur l'évangile du dimanche 27 décembre 2020 : Luc 2, 22-40 : « Mes yeux, Seigneur, ont vu ton salut ».

Laudato Si' 25: La globalisation du paradigme technocratique

Lire la suite

20 décembre 2020, Laudato Si’ 24

Méditation sur l'évangile du dimanche 20 décembre 2020 : « Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut» (Lc 1, 32)

Laudato Si' 24: La globalisation du paradigme technocratique

Lire la suite

13 décembre 2020, Laudato Si’ 23

Méditation sur l'évangile du dimanche 13 décembre 2020 : «Au milieu de vous se tient Celui que vous ne connaissez pas» (Jean 1,6-9 ; 19-28)

Laudato Si' 23: La racine humaine de la crise écologique

Lire la suite

6 décembre 2020, Laudato Si’ 22

Méditation sur l'évangile du dimanche 6 décembre 2020 : « Préparez les chemins du Seigneur » (Mc 1, 1-8)

Laudato Si' 22: Le regard de Jésus

Lire la suite

29 novembre 2020, Laudato Si’ 21

Méditation sur l'évangile du dimanche 29 novembre 2020 : « Veillez, car vous ne savez pas quand vient le maître de la maison » (Mc 13, 33-37)

Laudato Si' 21: La destination commune des biens

Lire la suite

22 novembre 2020, Laudato Si’ 20

Méditation sur l'évangile du dimanche 22 novembre 2020 : « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait» (Mt 25, 40)

Laudato Si' 20: Une communion universelle

Lire la suite

15 novembre 2020, Laudato Si’ 19

Méditation sur l'évangile du dimanche 15 novembre 2020 : «Tu as été fidèle pour peu de choses, je t’en confierai beaucoup» (Mt 25, 14-15.19-21)

Laudato Si' 19: Le message de chaque créature dans l’harmonie de toute création

Lire la suite

8 novembre 2020, Laudato Si’ 18

Méditation sur l'évangile du dimanche 8 novembre 2020 : « Voici l’époux, sortez à sa rencontre » (Mt 25, 1-13)

Laudato Si' 18: Le mystère de l'univers

Lire la suite

1er novembre 2020, Laudato Si’ 17

Méditation sur l'évangile du dimanche 1er novembre 2020 : «Réjouissez-vous, soyez dans l'allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! » » (Mt 5, 1-12a)

Laudato Si' 17: La sagesse des récits bibliques (suite)

Lire la suite

25 octobre 2020, Laudato Si’ 16

Méditation sur l'évangile du dimanche 25 octobre 2020 : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 34-40)

Laudato Si' 16: La sagesse des récits bibliques

Lire la suite

18 octobre 2020, Laudato Si’ 15

Méditation sur l'évangile du dimanche 18 octobre 2020 : «Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22, 15-21)

Laudato Si' 15 : L’Évangile de la Création

Lire la suite

11 octobre 2020, Laudato Si’ 14

Méditation sur l'évangile du dimanche 11 octobre 2020 : « Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce...» (Mt 22, 1-10)

Laudato Si' 14 : Diversité d'opinions

Lire la suite

4 octobre 2020, Laudato Si’ 13

Méditation sur l'évangile du dimanche 4 octobre 2020 : « Quand approcha le temps des fruits...» (Mt 21, 33-43)

Laudato Si' 13 : La faiblesse des réactions

Lire la suite

27 septembre 2020, Laudato Si’ 12

Méditation sur l'évangile du dimanche 27 septembre 2020 : « Mon enfant, va travailler aujourd’hui à ma vigne.» (Mt 21, 28-32)

Laudato Si' 12 : Inégalité planétaire

Lire la suite

20 septembre 2020, Laudato Si’ 11

Méditation sur l'évangile du dimanche 20 septembre 2020 : "Allez à ma vigne, vous aussi, et je vous donnerai ce qui est juste." (Mt 20, 1-16)»nbsp]

Laudato Si' 11 : Détérioration de la qualité de la vie humaine et dégradation sociale

Lire la suite

13 septembre 2020, Laudato Si’ 10

Méditation sur l'évangile du dimanche 13 septembre 2020 : "Je ne te dis pas de pardonner jusqu’à sept fois, mais jusqu’à 70 fois sept fois" (Mt 18, 21-35)»nbsp]

Laudato Si' 10 :  La perte de biodiversité

Lire la suite

6 septembre 2020, Laudato Si’ 9

Méditation sur l'évangile du dimanche 6 septembre 2020 : «Vous êtes tous frères»  (Mt 18, 15-20)

Laudato Si' 9 :  La perte de biodiversité

Lire la suite

30 août 2020, Laudato Si’ 8

Méditation sur l'évangile du dimanche 30 août 2020 : «Quiconque veut sauver sa vie la perdra ; mais quiconque perd sa vie à cause de moi  la gardera»  (Mt 16, 21-28)

Laudato Si' 8 :  La question de l'eau

Lire la suite

23 août 2020, Laudato Si’ 7

Méditation sur l'évangile du dimanche 23 août 2020 : « Pour vous qui suis-je ?»  (Mt 16, 13-20)

Laudato Si' 7 :  Le climat comme bien commun

Lire la suite

16 août 2020, étape 6

Méditation sur l'évangile du dimanche 16 août 2020 : « Seigneur, viens à mon secours » (Mt 15, 21-28)

Laudato Si' 6 :  Pollution, ordure et culture du déchet

Lire la suite

9 août 2020, étape 5

Méditation sur l'évangile du dimanche 9 août 2020 : « Ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux » (Mt 14, 22-33)

Laudato Si, étape 5 :  Ce qui se passe dans notre maison

Lire la suite

2 août 2020, étape 4

Méditation sur l'évangile du dimanche 2 août 2020 : « Tous mangèrent et furent rassasiés, et on enleva le surplus des morceaux : douze paniers pleins. » Mt 14, 20

Laudato Si' 4 :  Mon appel

Lire la suite

26 juillet 2020, étape 3

Méditation sur l'évangile du dimanche 26 juillet 2020 : « Tirer de son trésor du neuf et de l’ancien » Mt 13, 52

Laudato Si' 3 : Saint François d’Assise

Lire la suite

19 juillet 2020 : Laudato Si, étape 2

Méditation sur l'évangile du dimanche 19 juillet 2020 : " Vous risqueriez en ramassant l’ivraie d’arracher aussi le blé." Mt 13,29

Laudato Si' 2 : Unis par une même préoccupation

Lire la suite

12 juillet 2020 : Laudato Si, étape 1

Méditation sur l'évangile du dimanche 12 juillet 2020 : «Voici que le semeur est sorti pour semer…» Mt 13,13

Laudato Si' 1 : Rien de ce monde ne nous est indifférent

Lire la suite

Laudato Si

Introduction au projet de la toile Laudato Si'

Lire la suite

Abonnez-vous à la newsletter de la toile Laudato Si' :

(Vous recevrez un MAIL avec un LIEN pour VALIDER votre inscription)

Retour